Blogue de Lyne Robichaud

29 août 2011

Culture change and the voice of Quebec

These past twenty days, I did not blog. I'm quieter than usual (I even lost one Klout point these past three weeks). The rejection of the Open Government and Francophonie Project by IDÉtr, and their refusal to meet me in person, have considerably shaken me.

Several things have caught my attention during the week of August 22. I share them with you here.

I noticed a small gesture from the @GautrinWeb2 team, which I interpret (THIS IS AN HYPOTHESIS) as an incipient culture change, allowing a glimpse of hope that the government of Quebec walks towards collaboration with citizens and open government. Let's hope the government will soon find a solution that will allow to launch the Open Government and Francophonie Project.

This week, we were informed of the departure of a great politician, leaving a void in the Canadian political landscape. "Working for change can actually bring about change. The hope is better than fear. Hope is better than fear. Optimism is better than despair. So let us be loving, hopeful and optimistic. And we’ll change the world." Jack Layton, Leader of the Official Opposition in Canada, wrote this farewell letter two days before his death.

This letter has moved thousands of people, including myself. It will remain engraved in Canadians' hearts. I found out about Jack Layton's death on Monday morning, when surfing on my iPhone, returning from a meeting with MP of Maskinongé. Jack Layton's funerals were celebrated on Saturday afternoon (August 27) at Roy Thomson Hall, a concert hall in Toronto (Ontario).

I still try to receive support from government of Quebec's high authorities regarding the Open Government and Francophonie Project, despite an adverse decision from Innovation and Business Development of the City of Trois-Rivières (IDÉtr). I requested a review of their decision, and IDÉtr's CEO wanted to receive advice from MP of Trois-Rivieres. Danielle St-Amand transferred my file on August 16 to MP Jean-Paul Diamond, deputy of Maskinongé. Since IDÉtr and MP of Trois-Rivières did not agree to meet me in person (IDÉtr took a decision without even questioning me and allowing me to discuss the project), I was really glad that Jean-Paul Diamond agreed to me speak to me in person on August 22.

My goal, when meeting with MP of Maskinongé, was to find solutions to allow the launch an international project that will deploy open government throughout the Francophonie.

Mr. Diamond said he is willing to deal with these issues.

I hope that Mr. Diamond will soon form a kind of tandem with the Deputy House Leader of the Government of Quebec, Henri-François Gautrin, since he's responsible for the current mandate analysis on the potential of Web 2.0. The final report of this analysis is due on December 15, 2011.

The Open Government and Francophonie Project was presented seven months ago to the government of Quebec, in February 2011. There are four months remaining before Henri-François Gautrin's final report to be revealed. How to accommodate the launch of the international social business initiative before the end of the year, without an official open government declaration from the government?

For now, no solution has yet been proposed, but I'd like to acknowledge the efforts of Diamond / Gautrin: they are trying to find a way.

As months go by and I await a commitment from the government of Quebec (since the beginning of this year), Christie Clark had time to be elected as head the government of British Columbia, declared her intention to become the most connected Prime Minister in Canada, declared the implementation of an open government, (among others) launched the first provincial open data platform starting with an impressive number of data sets (in July 2011), and produce this remarkable video about her open government vision (

This week, the experienced @fusedlogic interviewed Stephanie Cadieux, Minister of Labour, Citizens' Services and Open Government at the show Gov2TV. The host of this show is Walter Schwabe. He travels around the world to find out how the government is using online technology and the Internet to become more transparent, efficient and responsive.

The open government editor of O'Reilly Media, Alex Howard alias @digiphile tweeted this statement from the Minister Cadieux: "To tackle problems, we need to engage the hearts, the souls, the minds of the smartest people" - View @digiphile's post:

With this statement, I think that British Colombia (HYPOTHESIS) is experimenting with a style of soul of leadership, appropriate in an open government context. BC begins to decode the alchemy of the heart and great leadership.

Real leadership begins at the spiritual level. It is not about popularity, power or accumulation of profits, but rather about succeeding in getting the ego out of the away so that people that make up an organization can serve the greater good. Does a woman minister, and in addition a person in a wheelchair, have more awareness and opportunity to exercise such leadership?

A car accident at the age of 18 years changed the course of her life. "I have all the same dreams, all the same heartaches… I just use a different mode of transportation," she said. Her different mode of transportation may have helped Stephanie Cadieux to develop her brain to think otherwise, which could explain how she is able to consider leading in a different way.

"In our increasingly interconnected world, we learned that neither the government nor the private sector alone can find solutions to problems. We must work in partnership and we must "deal with the soul" to achieve our common goals," explains Deepak Chopra in his recent book.

This statement by the Minister Cadieux contrasts with the answer I received from IDÉtr. I was told that I am "too good". This would be one reason for the rejection of my project.

On August 23, I attended in Three Rivers (Trois-Rivières) the first citizen meeting organized by the Parti Québécois. Ms. Pauline Marois, Opposition Leader, said she wants to "restore integrity in government, make a cleaning in government institutions which should give confidence back to citizens, and eliminate bureaucracy and duplication of structures." All this could be achieved through an open government. I asked Ms. Marois to go a notch further in her vision, by adopting the open government philosophy. She said that "these issues should not be neglected, but it will take a revolution." Parti Quebecois could be on its way to develop an open government approach and hopefully this will lead to interventions by MP members of the opposition at the National Assembly this Fall, in line with the mandate analysis about the potential of Web 2.0.

Visit, comment, suggest ideas and vote for ideas on this platform:

Is the wind changing? There is reason to believe it is.

Firstly, I was granted a meeting. The MP of Maskinongé agreed to meet me on August 22, and said he agrees to tackle with these issues. A window of collaboration may be opening.

Secondly, Gautrin's team begins to recognize citizens' initiatives. In the late afternoon on Friday August 26, @GautrinWeb2 team tweeted this to @CapitaleOuverte: "Congratulations for your initiative and your commitment!"
(!/GautrinWeb2/status/10714 6160023670784)

I read these congratulations as a mark of recognition of "grass-roots movement" efforts by citizens in order for the City of Quebec to release its public data. This could be also read as a step towards the "complete change of thinking", which is necessary for the implementation of an open government, stressed Henri-François Gautrin, in an August 9 CBC report about his mandate analysis.

In an info monitoring mode, to listen means strive to go beyond expectations to create an environment conducive to development. Simply gather ideas on the platform for consultation, it is not enough. Citizens stress it since the beginning of Gautrin's online public consultation in their comments and tweets.

A demonstration of recognition is an excellent starting point.

Those who follow with interest the work of the Gautrin's team hope that a strategy, action plan, or elements of vision, will be disclosed before December 15. Something - some hope - to hold on, allowing a glimpse into what feeds Henri-François Gautrin's vision.

The "voice" of an organization is indicative of its culture. Organizational culture, in the field of organizational studies and management, is described as the psychology, attitudes, experiences, beliefs and values (personal and cultural values) of an organization. Organizational culture is defined also as "the specific collection of values and norms shared by people and groups in an organization which control how they interact with each other and with stakeholders outside the organization."

Please note that this definition focuses on how people interact with each other and with stakeholders outside the organization. The interaction between people is largely facilitated by communications. Communications result in attitudes, actions and tone of conversations. Today, attitudes, gestures and tone of the conversations have become "open source", empowered by the power of social media.

People (government employees, citizens) are the power of any organization. Unless invested with individual empowerment, these people feel... powerless.

United around a cause, a mission or a common goal, people can and will do things out of the ordinary. Uncommon things - such as overcoming the impossible, explore the unexpected, walk out of a frame which is not planned - innovation occurs alongside these rare situations.

I believe that more communication would be the greatest good to everyone, in terms of the GautrinWeb2 project. I suggested three simple areas to develop to M. Gautrin this week.

Premier Jean Charest has initiated a process in October 2010, by offering an analytical term to Henri-François Gautrin. The Prime Minister is directly responsible for youth issues. Frequent communication by the end of the year would be desirable.

If government leaders cannot initially change their own culture (or in the words of Henri-François Gautrin, establish a "complete change of thinking"), they will fail to tap into the "open source" culture of social media. Attempt to do so, without first changing their own culture, is a path to failure.

Therefore, tangible demonstrations of cultural change are desirable now.

In addition, the "voice" of Quebec must assert itself in the coming months, including:
- The mobilization of citizens to participate in the analysis on the potential of Web 2.0 and collaborate with the government;
- The mobilization of its own governmental institutions and the mobilization of Quebec municipalities to engage in a process leading to the release of public data and adoption of open governance throughout Quebec;
- To collaborate and partner with other governments already engaged in this direction in the Canadian space;
- Mobilization of countries sharing the French language by offering to adopt open government principles as a preferred mode of governance (through the Open Government Project and Francophonie);
- To create partnerships with other governments around the world, including developing a Francophone complementary component to the Open Government Partnership.


September 8, 2011

On September 1st, 2011, the Deputy of Maskinongé, Jean-Paul Diamond, said: 'There are no solutions. There is nothing at the Government of Quebec that allows for the startup of this project'.

27 août 2011

Changement de culture et voix du Québec

Ces vingt derniers jours, je n'ai pas blogué. Je suis plus silencieuse que d'habitude (même que j'ai perdu un point Klout ces trois dernières semaines). Le rejet du projet Gouvernement ouvert et Francophonie par IDÉtr, et leur refus de me rencontrer en personne, m'ont considérablement ébranlée.

Ma semaine du 22 août a été parsemée de plusieurs éléments qui ont attiré mon attention, que je partage avec vous.

J’ai noté un petit geste de l’équipe @GautrinWeb2, que j'interprète comme une amorce de changement de culture, ce qui permet d’entrevoir avec espoir que le Québec est en VOIE d’affirmer sa VOIX (en matière de gouvernement ouvert). Et aussi de trouver prochainement une solution à mon dossier. Espérons-le!

Tout d'abord, je désire souligner le départ d'un grand politicien, qui laisse un vide dans le paysage politique canadien. «En travaillant pour le changement on peu effectivement provoquer le changement. L’espoir est meilleur que la peur. Gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde». Jack Layton, le chef de l’Opposition du Canada, a écrit ces encouragements dans une lettre d'adieu deux jours avant son décès. Cette lettre a bouleversé des milliers de citoyens, moi y compris. Cette lettre demeurera gravée dans le cœur des Canadiennes et des Canadiens. J’ai appris l’annonce du décès de Jack Layton lundi matin, en surfant dans les médias sociaux sur mon iPhone, de retour d’une rencontre avec le député de Maskinongé. Les funérailles nationales de Jack Layton ont été célébrées ce samedi après-midi (27 août), au Roy Thomson Hall, une salle de spectacles de Toronto (Ontario).

J’essaie toujours d’obtenir un appui des autorités québécoises au projet Gouvernement ouvert et Francophonie, malgré une décision défavorable de Innovation et développement des affaires de la Ville de Trois-Rivières (IDÉtr). J’ai demandé une révision de leur décision, et le directeur général de IDÉtr a souhaité prendre auparavant conseil auprès de la députée de Trois-Rivières. Mme Danielle St-Amand a transféré le dossier au député Jean-Paul Diamond, député de Maskinongé, le 16 août. Puisque IDÉtr ni la députée de Trois-Rivières ne m’ont accordé de rencontre (IDÉtr a pris une décision sans même m'interroger et me permettre de répondre à leurs questions), j’étais vraiment contente que Jean-Paul Diamond accepte de me parler en personne le 22 août dernier.

Mon objectif de rencontre avec le député de Maskinongé est de trouver une solution de démarrage du projet international de déploiement du gouvernement ouvert à travers la Francophonie.

M. Diamond a indiqué qu’il acceptait de s’occuper de ce dossier.

J’espère qu’il se créera rapidement une sorte de tandem entre M. Diamond et le leader parlementaire adjoint du gouvernement, Henri-François Gautrin, qui pilote depuis octobre 2010 une analyse en cours sur le potentiel du Web 2.0. Le rapport final de cette analyse est attendu le 15 décembre 2011.

Le projet Gouvernement ouvert et Francophonie a été présenté il y a sept mois au gouvernement du Québec en février 2011. Il reste encore quatre mois avant le dépôt du rapport final de Henri-François Gautrin. Comment faire pour accommoder le démarrage de ce projet, avant la fin de l'année?

Pour le moment, aucune solution n'a encore été proposée, mais je tiens à souligner les efforts de messieurs Diamond/Gautrin pour tenter d'en trouver.

Pendant que les mois s’écoulent et que je demeure dans l’attente d’un engagement de la part du gouvernement du Québec (depuis le début de l’année), Christie Clark a eu le temps d’être élue à la tête du gouvernement de la Colombie-Britannique, déclarer son intention de devenir la première ministre la plus branchée au Canada, déclarer l’implantation d’un gouvernement ouvert, (entre autres) lancer la première plate-forme provinciale de données ouvertes avec un nombre impressionnant d’ensembles de données (juillet 2011) et produire cette remarquable vidéo sur le gouvernement ouvert (

Cette semaine, le chevronné @fusedlogic a reçu Stephanie Cadieux, la ministre du Travail, des Services aux citoyens et du Gouvernement ouvert à l’émission Gov2TV. L’hôte de cette émission est Walter Schwabe. Il parcourt le monde pour découvrir comment le gouvernement utilise la technologie en ligne et l'Internet pour devenir plus transparent, efficace et réactif.

L’éditeur de gouvernement ouvert de O’Reilly Media, Alex Howard alias @digiphile a gazouillé cette déclaration de la ministre Cadieux: "To tackle problems, we need to engage the hearts, the souls, the minds of the smartest people" --- «pour s'attaquer aux problèmes, nous devons engager les cœurs, âmes, et esprits des personnes les plus intelligentes». Voir le billet de @digiphile à ce sujet:

Avec cette déclaration, je trouve que la Colombie-Britannique se rapproche d'un style de soul of leadership, approprié dans un contexte de gouvernement ouvert. La Colombie-Britannique commence à décoder l'alchimie du cœur et d'un grand leadership.

Un véritable leadership commence au niveau spirituel. Il ne s'agit pas de popularité, de puissance ou d'entassement des profits, mais de réussir à parvenir à écarter l'égo de la route afin que les personnes qui composent une organisation puissent servir le plus grand bien. Une femme ministre, et de surcroît une personne en fauteuil roulant, a peut-être davantage de conscience et de chances d'exercer ce type de leadership?

Un accident de voiture à l'âge de 18 ans a changé le cours de sa vie. «J'ai les mêmes rêves que tout le monde, les mêmes chagrins... Sauf que j'utilise un autre mode de locomotion», a indiqué Mme Cadieux. Cette autre façon de se déplacer lui a permis de développer son cerveau pour penser autrement, ce qui pourrait expliquer qu'elle puisse envisager de diriger autrement.

«Dans notre monde toujours plus interconnecté, nous avons appris que ni le gouvernement ni le secteur privé peuvent trouver seuls des solutions aux problèmes. Nous devons travailler en partenariat et nous devons «gérer avec l'âme» pour atteindre nos objectifs communs», indique Deepak Chopra dans son récent livre.

Cette déclaration de la ministre Cadieux contraste avec la réponse que j'ai reçue de IDÉtr. On m'a dit que je suis «trop bonne». Il s'agirait d'une des raisons du rejet de mon projet.

Le 23 août, j’ai assisté à Trois-Rivières à la première assemblée citoyenne organisée par le Parti Québécois. Mme Marois a dit qu’elle souhaitait «redonner de l’intégrité au gouvernement, en faisant le ménage des institutions gouvernementales ce qui devrait redonner de la confiance aux citoyens, en éliminant la bureaucratie et le dédoublement des structures.» Tout cela pourrait être atteint par le biais d’un gouvernement ouvert. J’ai demandé à la chef de l’opposition, Pauline Marois, d’aller plus loin dans ses réflexions, en adoptant la philosophie du gouvernement ouvert. Elle a répondu qu’il «ne faut pas négliger ces questions, mais que cela prendra une révolution». Il y a lieu d’espérer que le Parti Québécois développe une approche de gouvernement ouvert et qu’aient lieu des interventions de membres de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale cet automne, en lien avec le mandat d’analyse sur le potentiel du Web 2.0.

Visitez, commentez, suggérez des idées et votez pour des idées

Le vent tournerait-il? Il y a lieu de le croire.

Premièrement, on m’a accordé une audience. Le député de Maskinongé à accepté de me rencontrer le 22 août, et a dit qu’il allait se pencher sur mon dossier. Une fenêtre de collaboration pourrait s’ouvrir.

Deuxièmement, l’équipe Gautrin commence à reconnaître les initiatives de citoyens. En fin d’après-midi, vendredi (26 août), l’équipe @GautrinWeb2 a gazouillé ceci, à @CapitaleOuverte: «Bravo pour votre initiative et votre engagement!»

Je considère que ces félicitations sont une marque de reconnaissance des efforts d’un "grass-roots movement" déployés par des citoyens, pour que la Ville de Québec libère ses données. Cela pourrait être lu comme étant un pas vers le «changement complet des mentalités», qui est nécessaire à l’articulation d’un gouvernement ouvert, a déclaré Henri-François Gautrin, dans un reportage du 9 août de la SRC à propos de son mandat d’analyse.

En mode veille, être à l’écoute signifie s’efforcer d’aller au-delà des attentes, afin de créer un environnement propice à l’évolution. Se contenter de recueillir les idées sur la plate-forme de consultation, ce n’est pas suffisant. Les citoyens le font sentir depuis le début de la mise en ligne de la consultation publique, dans leurs commentaires et gazouillis.

Une démonstration de reconnaissance constitue un excellent point de départ.

Celles et ceux qui suivent avec intérêt les travaux de l’équipe Gautrin espèrent qu’une stratégie, un plan d’action, ou des éléments de vision, leur soient dévoilés, d’ici au 15 décembre prochain. Quelque chose - quelque espoir - à quoi s’accrocher, qui permette d’entrevoir vers quoi s’enligne la vision de Henri-François Gautrin.

La «voix» d'une organisation est révélatrice de sa culture. La culture organisationnelle, dans le domaine des études organisationnelles et de la gestion, est décrite comme étant la psychologie, les attitudes, les expériences, les croyances et les valeurs (valeurs personnelles et culturelles) d'une organisation. La culture organisationnelle est définie aussi comme «la collecte spécifique des valeurs et des normes partagées par les personnes et les groupes dans une organisation et qui contrôlent la façon dont ils interagissent les uns avec les autres et avec les intervenants à l’extérieur de l'organisation.»

Veuillez noter que cette définition met l'accent sur la façon dont les personnes interagissent les unes avec les autres ainsi qu’avec les intervenants extérieurs à l'organisation. L'interaction entre les gens est en grande partie facilitée par les communications. Les communications se traduisent par des attitudes, des actions et le ton des conversations. De nos jours, les attitudes, gestes et ton des conversations sont devenus «open source», alimentés par la puissance des médias sociaux.

Les gens (pour un gouvernement, des employés, des citoyens) consistent en la puissance de toute organisation, et à moins d’être investis d’empowerment individuel, ces gens se sentent impuissants.

Unifiés autour d’une cause, d’une mission ou d’un objectif commun, des personnes peuvent et vont faire des choses hors du commun. Des choses peu fréquentes - telles que vaincre l'impossible, explorer l’inattendu et sortir hors du cadre, de ce qui n’est pas planifié -, de ces choses, en marge de situations rares, survient l'innovation.

Je considère que davantage de communication ferait le plus grand bien à tout le monde, en ce qui concerne le projet GautrinWeb2. J’ai proposé trois axes simples à développer à M. Gautrin cette semaine.

Le premier ministre Jean Charest a initié une démarche, en octobre 2010, en confiant un mandat d’analyse à Henri-François Gautrin. Le premier ministre est directement responsable des dossiers jeunesse. Des communiqués fréquents d’ici à la fin de l’année seraient souhaitables.

Si les dirigeants gouvernementaux ne parviennent pas d'abord à changer leur propre culture (ou pour reprendre les mots de Henri-François Gautrin, à instaurer un «changement complet des mentalités»), ils ne parviendront pas à puiser dans les «open source» de la culture des médias sociaux. Tenter de le faire, sans préalablement modifier leur propre culture, est une voie vers l'échec.

Par conséquent, des démonstrations tangibles de changement de culture sont souhaitables, dès maintenant.

Par ailleurs, la «voix» du Québec doit s’affirmer au cours des prochains mois, notamment par:
- La mobilisation des citoyens à participer à l’analyse sur le potentiel du Web 2.0 et à collaborer avec le gouvernement;
- La mobilisation de ses propres institutions gouvernementales, ainsi que la mobilisation des municipalités du Québec, à s’engager dans une démarche conduisant à la libération des données et à l’adoption d’une gouvernance ouverte;
- Se rallier aux autres gouvernements déjà engagés dans cette voie dans l’espace canadien;
- La mobilisation des pays ayant le français en partage en leur proposant d’adopter le gouvernement ouvert comme mode privilégié de gouvernance (via le projet Gouvernement ouvert et Francophonie);
- Se rallier aux autres gouvernements à travers le monde, notamment en développant un volet complémentaire francophone au Open Government Partnership.

DERNIÈRE HEURE --- 8 septembre 2011
Le député de Maskinongé, Jean-Paul Diamond, a répondu le 1er septembre 2011 ceci: "Il n'y a pas de solutions. Il n'existe rien au gouvernement du Québec qui permette de démarrer ce projet".

06 août 2011

Le cas de Nantes versus celui de Trois-Rivières

Le pont Laviolette séparant Trois-Rivières de la rive-sud (fleuve Saint-Laurent). Mon père Yves a contruit les pilônes en béton de ce pont.

En France, il y a une longueur d’avance sur le Québec, étant donné que le premier ministre a lancé la mission Étalab en février 2011, en nommant Séverin Naudet à la tête de cette mission (qui relève directement de son cabinet). On parle d’une «révolution» des données ouvertes (open data) en France. Cependant, il n’est pas encore question de gouvernement ouvert (open government), entre autres étant donné une culture du contrôle prononcée.

Toutefois, une collectivité de France se démarque, en raison de facteurs exceptionnels. Le député-maire de Nantes, JEAN-MARC AYRAULT, a embrassé les principes du gouvernement ouvert il y a environ 2 mois. Nantes est ainsi devenue la première ville francophone au monde à emprunter cette voie. Ceci s’est produit grâce à la gestion de proximité du maire, et aux convictions, détermination et persévérance de la talentueuse Claire Gallon, à la tête de l’organisme LiberTIC. La capacité d’écoute du député-maire, sa vision, les fréquents échanges avec Claire Gallon et son équipe, ont conduit à une politique axée sur le citoyen, ouverte, participative, et collaborative.

Avez-vous visionné cette vidéo-entrevue datant du 15 février 2011 du député-maire à propos de la vie numérique et des médias sociaux? (Ce monsieur était pressenti pour devenir premier ministre de la République française il y a quelques années, équipe de Ségolène Royal). Si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous invite à prendre quelques minutes pour l'écouter:

Il est possible pour une municipalité de prendre des décisions avant-gardistes, sans avoir à rejeter la responsabilité de ses propres décisions dans la cour du gouvernement (palier supérieur). Le projet Gouvernement ouvert et Francophonie que j’ai soumis le 7 juin 2011 à la Ville de Trois-Rivières leur offre la possibilité de se positionner en leader mondial de soutien et de développement de la gouvernance ouverte, en plus de devenir la première municipalité québécoise gouvernement ouvert, et offrir des services de qualité accrue à leurs citoyens.

L’équipe de IDÉtr refuse de me rencontrer. Le directeur général ne comprend pas bien le projet Gouvernement ouvert et Francophonie. Il se ferme, il refuse d’écouter et de faire quelque effort pour essayer de comprendre. Il se DÉRESPONSABILISE en exigeant d’un autre palier gouvernemental supérieur qu’il prenne une décision à sa place (la députée de Trois-Rivières, gouvernement du Québec). Le rôle et la responsabilité de l’équipe de IDÉtr Innovation et développement économique est d’évaluer les projets d’affaires. Est-il acceptable que IDÉtr demande à la députée de faire son travail?

Si Nantes est parvenue à innover et à s’ouvrir à un nouveau type de gouvernance, je ne vois pas pourquoi des décideurs québécois ne pourraient pas le faire aussi. Sommes-nous moins intelligents que d’autres? Sommes-nous des êtres moins qualifiés, avec moins de potentiel? Absolument pas. Alors, qu’est-ce qui nous empêche d’innover? La peur de l’inconnu. Et sans doute aussi la peur de la perte de contrôle.

Un gouvernement ouvert ne signifie pas une perte de contrôle. Cela signifie simplement que le contrôle se déplace. Un processus souple n'est pas indiscipliné. Le gouvernement modifie sa façon de faire les choses. Il transforme son rôle de producteur en rôle de co-producteur.

Davantage de façons de travailler en co-production / collaboration signifie que les gens au sommet d'une structure de haut en bas perdent (effectivement) du pouvoir, et cette nouvelle réalité doit être confrontée dans l'ensemble du gouvernement. Ce changement est le mieux articulé lorsque des moyens plus transparents et un travail collaboratif signifient que «le peuple» collectivement s'est accordé un sens accru de sa propre puissance (empowerment) - vous obtenez pour les gestionnaires gouvernementaux la confiance pour agir, car vous savez que d'autres personnes pensent la même chose. Cela peut être vrai autant à l'interne qu'à l'externe. Les employés peuvent désormais (dans ce nouveau système de pensée) avoir une idée de ce qu'ils peuvent réaliser et la capacité de s'y mettre et de l'accomplir. Ainsi, l'empowerment individuel et communautaire conduit à l'empowerment institutionnel.

Au Canada, les membres de l’Association internationale des maires francophones (un des vecteurs de l’Organisation internationale de la Francophonie) sont: Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick; Fédération canadienne des municipalités; Gatineau; Lévis; Montréal; Québec; Saguenay; Sherbrooke; TROIS-RIVIÈRES; Union des municipalités du Québec.

Le maire Yves Lévesque et la Ville de Trois-Rivières sont membres de l’AIMF.

En France, les membres de l’AIMF sont: Angoulême; Association des communes et collectivités d'Outre-Mer; Bordeaux; Le Havre; Lille; Lyon; Marseille; Grand Nancy; NANTES; Nice; Paris; Poitiers; Strasbourg; Tours.

Le député-maire Jean-Marc Ayrault et Nantes sont membres de l’AIMF.

03 août 2011

On parle de moi

Mario Asselin mentionne Government in the Lab et moi-même aussi dans ce billet du 25 juin 2011.

Gouvernement ouvert - données ouvertes
TwitterCounter for @Lyne_Robichaud