Blogue de Lyne Robichaud

31 octobre 2010

Chris Moore invited to Adriel Hampton’s Gov20Radio

Chris Moore

Exceptionaly, because it's Halloween on Oct. 31, Gov20Radio' show will air earlier, in the morning.

Be at the rendezvous, at 10:30 a.m. Eastern time, to hear Chris Moore, chief information officer (CIO) of the City of Edmonton, talking about cultural change in municipal agencies, open innovation in government IT, and collaborating across the globe to put best practices into action.

On the eve of this radio interview, I thought it would be good to do an overview of the coverage of the conference Beyond 2010 in traditional media and social media.

In general, I find that there was little coverage of the conference Beyond 2010.

Because government 2.0 is still an embryo in Canada, events of this nature should be more visible in the media.

The coalition of open cities would also benefit from being more promoted. There should be more solidarity among members (cities) of the coalition. CIOs and other municipal employees should relay information on Twitter, and others medias.

Below are some mentions, but this list is not exhaustive.

The Conference
On October 24, the webcasts were added to the conference' Web site. Those who were unable to attend, or those who wish to review the presentations, may do so at any time.

The BeyondDaily, posted on Twitter, gathers some daily news, photographs or references about the conference. Follow @Chrisj_Moore on Twitter, or search for #Beyond2010 Daily.

The speakers are presented on the Web site. It would be interesting to publish a written account of each presentation, highlighting the main points and ideas, references and best quotes.

A photo presentation would also certainly be appreciated on the Web site.

Traditional media
The Edmonton Journal reported about the conference on October 18, 'Techies map out future Beyond 2010'.

I was told that the event made the front page of the 24 Daily Newspaper, and that CTV and Global TV also spoke about Beyond 2010. I remember that Chris Moore was interviewed after the conference (though I cannot find the link).

Radio
On October 24, Gov20Radio presented a radio show entitled ‘Open Gov West and Beyond 2010’. Adriel Hampton provided an overview of the event. He talked about his impressions of his own conference. You will find the main elements of his presentation in this post, 'Today and Tomorrow That Might Be', from his blog 'Wired to Share'.

Beyond 2010 will be discussed on Gov20Radio for a second consecutive week on October 31.

Blogs
Jordan Hodges described the special ambiance and strong links that have been developed, in particular via Empire Avenue, at Beyond 2010. See Alifeintheday, 'Connections (Beyond2010 #, # AVE, # Tweetups)'.

I started blogging about Beyond 2010 before the conference took place: ‘Everything will change, Tout va changer’ (this post has not been translated in English).

I wrote a wrap-up of the even in my post ‘Au-delà d’un colloque: Beyond 2010’ English translation: ‘Beyond a conference: Beyond 2010’. I also wrote about the importance of giving visibility to the coalition of open cities, or G4/G5. See: 'Post-Beyond 2010: Promouvoir et développer le G4’. English translation: 'Post-Beyond2010: Promoting and developing the G4’.

Flickr
I did not find a set of photographs of the conference on Flickr. It would be useful if this conference was visible on Flickr. On could access all pictures available on this platform. All users having posted photographs of Beyond 2010 could be invited to share them in a common set or collection. I mentioned a few Flickr users in this post (French, English): Lance Taylor, Adriel Hampton, Allie Wojtaszek, Lyne Robichaud, but there must be others. A preliminary research about Beyond2010 on Flickr reveals a few users. Groups: Girl Geek Dinners YEG, The Dragon's Cave. Photographers: Paul_Clarke, Event with Me (covering the event in Birmingham).

Maximize information and produce new content
In addition to consolidating existing content, it would be very useful and important to develop new content. As I mentioned in a previous post, regarding the coalition of G4/G5, a coherent portfolio of all content about current gov2.0 projects would be helpful. Why not transform the Beyond 2010 Web site into a information vertical portal, which would provide a window about the conference, track speakers and their projects, and monitor issues and development of government 2.0 throughout Canada and around the world?

And I also would like to add: we are in Canada, a country with two official languages. If possible, it would be useful and beneficial to dissemination of government 2.0, if the information was broadcasted in two languages, English and French.

30 octobre 2010

Chris Moore invité à la Gov20Radio de Adriel Hampton

Chris Moore

Exceptionnellement parce que c’est l’Halloween le 31 octobre, l’émission radiophonique Gov20Radio sera diffusée plus tôt en matinée.

Soyez nombreux au rendez-vous, à 10h30 heure de l’Est, pour entendre Chris Moore, directeur informatique (CIO) de la Ville de Edmonton, parler de changement de culture dans les organismes municipaux, d’innovation et de données ouvertes dans les TI des gouvernements, et de collaboration à travers le monde afin que les meilleures pratiques de gouvernement 2.0 soient mises de l’avant.

En cette veille d’entrevue radiophonique, j’ai pensé que ce serait une bonne chose d’effectuer un survol de la couverture de l’événement dans les médias traditionnels et les médias sociaux.

En général, je trouve qu’il y a eu peu de couverture de l’événement Beyond 2010.

Étant donné que le gouvernement 2.0 n’est encore qu’à l’état embryonnaire au Canada, il me semble que des événements de cette nature devraient être plus visibles dans les médias.

La coalition des villes ouvertes gagnerait également à être mieux promue. Il devrait y avoir davantage de solidarité entre les villes membres de cette coalition. Les directeurs informatiques et autres employés municipaux devraient se relayer l’information sur Twitter, et autres médias.

J'indique ci-dessous quelques mentions, mais cette liste n'est pas exhaustive.

L’événement
Le 24 octobre, les prestations des conférenciers (webcasts) ont été ajoutées au site de l’événement. Les personnes qui n’ont pu assister au colloque, ou encore celles qui désirent revoir les présentations, pourront le faire en tout temps.

Le BeyondDaily, diffusé sur Twitter, rassemble quelques nouvelles quotidiennes, photographies ou mentions à propos de l’événement. Suivez @Chrisj_Moore sur Twitter, ou encore effectuez une recherche sur #Beyond2010 Daily.

Les conférenciers sont présentés dans le site de l’événement. Il serait intéressant de publier un compte-rendu écrit de chacune des présentations, indiquant les idées et points principaux, les références et les meilleures citations.

Un reportage photo des présentations serait également certainement apprécié sur le site de l’événement.

Médias traditionnels
En ce qui concerne les médias traditionnels, le journal de Edmonton a annoncé l’événement le 18 octobre dernier, ‘Techies map out future Beyond 2010’.

On m’a dit que l’événement avait fait la une du 24 Daily Newspaper, et que CTV et Global TV avaient également parlé de Beyond 2010. Je me rappelle que Chris Moore a été interviewé après la tenue du colloque (mais je ne retrouve plus le lien).

Radio
À la radio, le 24 octobre, l’émission intitulée ‘Open Gov West and Beyond 2010’ de Gov20Radio a effectué un survol de l’événement. Adriel Hampton a donné ses impressions à propos de sa propre conférence. Vous trouverez les principaux éléments de sa conférence dans ce billet ‘Today and Tomorrow that might be’, de son blogue ‘Wired to Share’.

Beyond 2010 sera discuté à Gov20Radio pour une seconde semaine consécutive le 31 octobre.

Blogues
Du côté des bloggeurs, Jordan Hodges a décrit l’ambiance particulière et les liens solides qui se sont développés par l’entremise notamment de Empire Avenue à Beyond 2010. Voir Alifeintheday, Connections (#Beyond2010, #EAv, #tweetups).

Quant à moi, j’avais commencé à parler de Beyond 2010 avant que l’événement ait lieu: ‘Tout va changer’ (ce billet n'a pas été traduit).

J’ai dressé le bilan de l’événement dans mon billet ‘Au-delà d’un colloque: Beyond 2010’ (traduction en anglais ‘Beyond a conference: Beyond 2010’). J’ai aussi parlé de l’importance d’accorder de la visibilité à la coalition des villes ouvertes, ou G4/G5, dans ce billet ‘Post-Beyond 2010: Promouvoir et développer le G4’ (traduction en anglais ‘Post-Beyond 2010: Promote and develop G4’).

Flickr
Je n’ai pas trouvé de reportage photographique de l’événement sur Flickr. Il serait intéressant que l’événement soit visible sur Flickr, que l’on puisse accéder à toutes les photos disponibles sur cette plate-forme, et que soient invités les utilisateurs qui ont publié des photos de Beyond 2010 à les partager dans un album commun. J’ai mentionné quelques utilisateurs dans ce billet (français; anglais): Lance Taylor, Adriel Hampton, Allie Wojtaszek, mais il doit y en avoir d’autres. Une recherche préliminaire sur Beyond2010 m’indique quelques utilisateurs. Groupes: Yeg Girl Geek Dinners, The Dragon’s Cave. Photographes: Paul_Clarke, Event with Me (l’événement de Birmingham).

Maximiser l'information et produire d'autre contenus
En plus de consolider les contenus déjà existants, il serait très utile et important d'en développer de nouveaux. Comme je l’ai indiqué dans un précédent billet, en ce qui concerne la coalition du G4/G5, un portfolio cohérent de tout le contenu concernant ces projets serait utile. Pourquoi ne pas transformer le site de l’événement Beyond 2010 en portail vertical d’information, qui offrirait une vitrine sur l’événement, un suivi des conférenciers, et un suivi des enjeux et du développement du gouvernement 2.0 au Canada?

Et j'y pense: nous sommes au Canada, un pays avec deux langues officielles. Si cela est possible, il serait utile et profitable au rayonnement du gouvernement 2.0 à travers le pays, si les contenus étaient diffusés en deux langues, soit en anglais et en français.

29 octobre 2010

The spirit of discernment, and the seven levels of achievement


Usually, I am very often asked, "What is that, Government 2.0?", with big round eyes looking at the ceiling. (see my definition.)

Last week at the Conference Beyond 2010 Edmonton, I was talking about collective consciousness. I've been asked (politely, with some hesitation): "What is that, consciousness?"

It is possible to understand and foresee the direction in which our society operates by assessing the various levels of consciousness.

"After the spirit of discernment, diamonds and pearls are the world’s rarest thing." [French moralist, Jean de la Bruyère] Discernment is apparently unusual for the time being, but who said it could not become common in the future?

"Your mind is the instrument of knowing (epistemological apparatus). So to comprehend its conceptual / meaningful output one must master its use. Hence, don't just "look through" the instrument at the experiential/semantic context that it creates. Also "look at" the instrument itself." [John Ringland]

Every thought causes a shift in the entire field of reality, as demonstrated by quantum physics. Thought has an influence on matter. Any aspect of reality can be changed at the quantum level by shifting its information and energy. The technology to create such shifts is in the mind.

The mind is a non-local phenomenon. It has no fixed place in time or space but is a quality of the field. In other words, when you have a thought, you are activating the cosmic computer.

There are seven levels of achievement or conscience (says Deepak Chopra). Once you understand what these levels are, it becomes possible to predict what changes and alterations may occur when a critical number of individuals of a community shift to a higher level of consciousness.

Level 1 (the flight response mode) >>> Your achievement in life is based on family, community, feelings of belonging and material comforts. This mode allows you to survive in the face of danger. You live in fear. You want to survive.

Level 2 (the reactive mode) >>> Your achievement in life is based on success, power, authority, prestige and other rewards of the ego. This is the mode that creates our identity. Beyond mere survival, everyone seeks to meet the needs of the I, me and mine. You want to succeed and you realize yourself by competing with others.

Level 3 (the inner peace mode) >>> Your achievement in life is based on peace, communication, self-acceptance and inner silence. This is the mode that leads to well-being. You do not want to be engulfed by the perpetual agitation of the outside world.

Level 4 (the intuitive mode) >>> Your achievement in life is based on insight, empathy, tolerance and indulgence. You look for information in the outside world and inner world. You must learn to trust your ability to get to fully know yourself. You confirm that your inner world is good.

Level 5 (the creative mode) >>> Your achievement in life is based on inspiration, the development of artistic or scientific creativity, and passion of discovery. You keep inventing new goals, new concepts, and to discover new facts. This creativity seems to spring from nowhere - the unknown simply generates new thoughts. It is the inspiration. You are amazed by the beauty and complexity of life.

Level 6 (the visionary mode) >>> Your achievement in life is based on compassion, dedication to others and the universal love.

Level 7 (the sacred mode) >>> Your achievement in life is based on the completeness and oneness with everything.

More discernment
An emergence is happening everywhere, unsung heroes are courageously demonstrating that a change of heart, a unified humanity and an improvement of the quality of life for all, is possible and is linked to a new conception of life". (Argentine writer Ernesto Sabato)

Now more than ever, we continue to hope that together we will affect change in our lives and our communities by gradually establishing a network for change.

When analyzing a system such as Empire Avenue, based on a level 2 achievement - you want to succeed and you realize yourself by competing with others - we understand why users may eventually get tired of such a system. We also understand why some users are looking for a deeper meaning. They either drop out of the system, or they could seek to find meaning, which could happen by participating to communities. Users could reach higher levels of achievement / consciousness.

The same can be applied to society and governance. We now live in an economic system based on consumption of goods, a Level 2 of achievement / awareness. Successful implementation of government 2.0 would probably be achieve at Level 5 of consciousness, or the creative mode. Citizens are considered co-creators and they can participate and collaborate in providing ideas.

Forward-thinking governments encourage their citizens to invent new ways to adapt to the public data to challenges, and citizens take action. The ideas are analyzed and incorporated into the process. To improve the usefulness of governmental data, governments themselves must increase their awareness by developing analytical skills necessary for sharing and manipulation of data they collect. If the opening of public data actually transforms the way government works, data analysis should then be a core competency of most organizations.

From either side, citizens and government, more discernment - call it whatever you want - more level of achievement, or conscience - would be required to achieve a true governance 2.0.

L’esprit de discernement et les sept niveaux de réalisation


D’habitude, je me fais très souvent demander, «C’est quoi ça, le gouvernement 2.0?», avec de gros yeux ronds pointant vers le plafond. (voir ma définition.)

La semaine dernière au colloque Beyond 2010 Edmonton, je parlais de la conscience collective. Je me suis fait demander (poliment, avec une certaine hésitation): «C’est quoi ça, la conscience?»

Il est possible de comprendre et d'entrevoir ce vers quoi notre société évolue en évaluant les divers niveaux de conscience.

«Après l’esprit de discernement, ce qu’il y a au monde de plus rare, ce sont les diamants et les perles.» [moraliste français, Jean de la Bruyère] Le discernement se fait apparemment rare pour le moment, mais qui dit que cela ne pourrait pas devenir commun, dans le futur?

«Votre esprit est l'instrument de la connaissance (une appareil épistémologique). Donc, pour comprendre sa signification, nous devons maîtriser son utilisation. Par conséquent, nous ne devons pas uniquement regarder à travers le contexte sémantique que l’instrument génère. Il faut également s’attarder à l'instrument lui-même.» [Ringland John]

Toute pensée provoque un décalage dans l'ensemble du champ de la réalité. C’est la base de la physique quantique. La pensée influence la matière. Tout aspect de la réalité peut être modifié au niveau quantique en déplaçant ses informations et l'énergie. La «technologie» permettant de créer de tels changements se situe dans l'esprit.

La conscience est un phénomène non localisé. Elle n'occupe pas de place fixe dans le temps ou l'espace, mais elle consiste en un champ. En d'autres termes, lorsque vous avez une pensée, vous activez l'ordinateur cosmique.

Il existe sept niveaux de réalisation ou de conscience (d'après Deepak Chopra). Une fois que l’on comprend en quoi consistent ces niveaux, il devient possible de prévoir quels changements et transformations pourraient survenir lorsqu’un nombre critique d’individus d’une collectivité change de niveau de conscience.

Niveau 1 (le mode fuite ou riposte) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur la famille, la communauté, les sentiments d’appartenance et le confort matériel. C’est le mode qui vous permet de survivre face au danger. Vous vivez dans la crainte. Vous voulez survivre.

Niveau 2 (le mode réactionnel) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur la réussite, le pouvoir, l’autorité, le prestige et les autres satisfactions de l’ego. C’est le mode qui crée notre identité personnelle. Au-delà de la simple survie, tout le monde cherche à satisfaire les besoins du je, du moi et du mien. Vous voulez réussir et vous réaliser en vous mesurant aux autres.

Niveau 3 (le mode de la sérénité intérieure) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur la paix, la communication, l’acceptation de soi et le silence intérieur. C’est le mode qui aspire au bien-être. Vous ne voulez pas être englouti par l’agitation perpétuelle du monde extérieur.

Niveau 4 (le mode intuitif) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur la clairvoyance, l’empathie, la tolérance et l’indulgence. Vous cherchez des informations tant dans le monde extérieur que dans le monde intérieur. Vous devez apprendre à faire confiance à votre faculté de vous connaître vous-mêmes parfaitement. Vous confirmez que votre monde intérieur est bon.

Niveau 5 (le mode créatif) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur l’inspiration, le développement de la créativité artistique ou scientifique, et la passion de la découverte. Vous ne cessez d’inventer de nouveaux objectifs, de nouveaux concepts, et de découvrir de nouveaux faits. Cette créativité semble surgir de nulle part – l’inconnu génère simplement de nouvelles pensées. C’est l’inspiration. Vous êtes émerveillé par la beauté et la complexité de la vie.

Niveau 6 (le mode visionnaire) >>> Votre réalisation dans la vie se fonde sur la compassion, le dévouement envers autrui et l’amour universel.

Niveau 7 (le mode sacré)
Votre réalisation dans la vie se fonde sur la complétude et l’unité avec le tout.

Davantage de discernement
«Des héros méconnus démontrent courageusement qu'un changement de coeur, qu’une humanité unifiée et qu’une amélioration de la qualité de vie pour tous est possible et que ceci est lié à une nouvelle conception de l’existence.» (écrivain argentin, Ernesto Sabato)

Maintenant, plus que jamais, nous continuons d'espérer que nous parviendrons ensemble à influencer le changement dans nos vies et dans nos communautés en mettant progressivement en place un réseau en faveur du changement.

Lorsque nous analysons un système tel que Empire Avenue, fondé sur un niveau 2 de réalisation - vous voulez réussir et vous réaliser en vous mesurant aux autres – nous comprenons alors pourquoi des utilisateurs peuvent en venir à rapidement se lasser d’un tel système. Nous comprenons également pourquoi certains utilisateurs cherchent un sens plus profond. Soit ils décrochent du système, ou alors ils cherchent à trouver un sens, notamment en participant aux communautés. Les utilisateurs peuvent ainsi se réaliser et atteindre des niveaux plus élevés de réalisation/conscience.

Il en est de même pour la société et la gouvernance. Nous vivons présentement dans un système économique axé sur la consommation des biens, soit un niveau 2 de réalisation/conscience. Une implantation réussie du gouvernement 2.0 se situerait probablement au niveau 5 de réalisation/conscience, soit le mode créatif. Les citoyens sont considérés comme des co-créateurs et ils peuvent participer et collaborer en fournissant des idées.

Les gouvernements avant-gardistes encouragent leurs citoyens à inventer de nouvelles manières d’adapter les données publiques aux défis et les citoyens passent à l’action. Les idées sont analysées et incorporées aux processus. Afin d’améliorer l’utilité des données gouvernementales, les gouvernements eux-mêmes doivent augmenter leur niveau de conscience en développant les compétences analytiques nécessaires au partage et à la manipulation des données qu’ils collectent. Si l’ouverture des données publiques transforme véritablement la manière dont le gouvernement fonctionne, l’analyse des données devra être alors une compétence essentielle de la plupart des organismes.

De part et d’autre, citoyens et gouvernement, davantage de discernement – appelez cela comme vous voudrez – davantage de niveau de réalisation, ou de conscience – seront nécessaires pour l’atteinte d’une véritable gouvernance 2.0.

28 octobre 2010

Diversity determines adaptation change (Empire Avenue)

It takes all kinds of things and people to make a world. Diversity is the key to human evolution. From a scientific standpoint, we know that maintaining a genetic diversity determines the ability of a population to adapt to future changes.
This same principle applies to the evolution of micro-systems, such as the system Empire Avenue.

It takes diversity for a system to evolve. We should encourage diversity and make sure it is preserved.

Study of populations/varieties can:
(1) understand the role of natural processes and management practices involved in the evolution of populations/varieties conducted in dynamic management;
(2) identify management practices and culture conditions that allow the conservation of biological diversity and maintenance of evolutionary potential in a trade network.

Four possible areas of research:
1. Understand the evolutionary mechanisms responsible for population differentiation;
2. Study a managing system and analyze the link between management practices and diversity;
3. Co-construct programs of population diversity with users;
4. Study impact and measure diversity.

Duleep Wijayawardhana

Last week, Duleep Wijayawardhana, CEO of Empire Avenue, was guest speaker at the Conference Beyond 2010 Edmonton. He said that Empire Avenue was having more popularity among users than what was set in estimates. About a third of planned projects have been completed so far, said "Dups" (with such a complicated name, everyone prefers to use his nickname).

I do not want to criticize the admirable work done by the designers of Empire Avenue. I’m convinced that everyone does its best. However, I think it is important to take a pause, and to try to analyze what happened last week. Several super-users of Empire Avenue have completely stalled and they deleted their user account. It was the case for Javier Lopez Agudelo (e)JAVI1, Darcy Kieran (e)SCUBA and Dragon_flaming@:}~~~ (e)SLEEP. What happened is a sort of collective suicide. This situation is not just a trivial objection, because (e)SLEEP occupied the first global position (Top People Shares). These three people also occupied positions as community administrators of The Dragon's Cave.

When the main user of a system suddenly deletes herself, it sends a negative message and it could tarnish the reputation of the entire system.

I am very disappointed that this mourning coincides with a particularly positive momentum that has developed via the event Beyond2010 in Edmonton. IT Director of the City of Edmonton, Jordan Hodges @jordanshodges (e)JORDNH examined this phenomenon in his blog Alifeintheday: Connections (#Beyond2010, #AVe, #Tweetups).

This element caught my attention: "After the tweetup as we were saying our goodbyes Pam Broviak (@pbroviak made an insightful comment. She said that when we have social media connections with people and we have to say goodbye, it isn't ever really goodbye since we already have an ongoing relationship. This was the first time in my life that a goodbye wasnt such a permanent thing." This shows the thickness (depth) of links/relationships that are created on Empire Avenue. Users feel so close to each other that it comes to the point that relationships occupy a permanent place in their minds. When users get to meet each other in person, they feel comfortable with one another. They know these people will remain present in their lives tomorrow, and every day after that.

Several meetings in person occured last week in Edmonton. Users did not only shake hands. They went out together. They had fun together. Members of The Cabal community had a meeting (photograph, (e)ADRIEL). Some Empire Avenue users visited a Jurassic Park together (see also this photo of (e)RANGER’s hat, and (e)ADRIEL being hatched in a dinosaur’s egg!). They had a friendly breakfast at Cora together. They took a tour of government buildings together (also see this incredible photo by (e)ALLIE of a reflection in a mirror). They also participated in an evening tweet-up session (also see this photo of (e)ALLIE and (e)RANGER). And so on. I also have been fortunate to enjoy the meetings I had in Edmonton, especially with Adriel Hampton and Jordan Hodges. All these moments, spent in nice good company, forged lasting memories and contributed to consolidation of solid relationships. And all of this happened thanks to Empire Avenue.

A few weeks ago, I asked a 'bank loan' to Dups as 'first follower' of (e) SLEEP and community administrator of the Dragon’s Cave. This community has over 210 members, and in order to communicate with them – i.e. to reach an effective level of mass communications - I have to buy their shares with my personal eaves. Empire Avenue is not designed for mass communications, so building mass communications systems remains a challenge. Last week, I met Dups in person in Edmonton (at Beyond2010), and I subsequently sent him a written request about development of tools that would help super-users to promote community development on Empire Avenue.

The "Rewards" section is quietly starting to fill in on Empire Avenue.

I do not know what kind of Business Plan Empire Avenue has, but I confess that I would like to read it from A to Z. I would be good bedtime reading! Is there something planned in this Plan that would support the evolution of the diversity of users and communities, and help maintain it? And if so, when will these projects be undertaken? Would it be possible to address these issues today?

At (e) SLEEP’s request, I took over leadership of the EAv community she created: The Dragon's Cave. The administrative community team decided to change its name. We now call ourselves The Phoenix's Nest. We reached second place in popularity among all communities of Empire Avenue.

I do not want to eventually share the same fate as the Dragon. I have no desire to delete my account on Empire Avenue. I do not want to strand myself to burnout. I’m not interested in having to bend under the weight of (volunteer) tasks. Adriel Hampton (e)ADRIEL told me: "The level of effort she was exerting was unsustainable. I know from experience."

I consider that the mass exodus of super-users that occurred this week is a mess, a very sad waste of talent and energy. These users are real people. These people have contributed to enrich networking links forged via Empire Avenue. Many users of Empire Avenue have felt a sense of emptiness after they left. I spent an entire day answering at least one hundred inquiries about them, on all social media platforms, both in private and open form. These super-users we lost: they are unique and wonderful people. These people cannot be replaced in the networking web of Empire Avenue.

Is there a way to include in current action plans of Empire Avenue (short term), support and tools that would aim to give a hand to super-users in charge of communities? What could be done to help and support super-users? What could be done to help develop networking links? What could be done now? What could be done in medium and long term?

La diversité détermine l’adaptation au changement (Empire Avenue)

Il faut de tout pour faire un monde. La diversité est la clé de l’évolution humaine. D’un point de vue scientifique, nous savons que le maintien de la diversité génétique détermine la capacité d’une population à s’adapter aux changements futurs.

Ce même principe s’applique à l’évolution de micro-systèmes, tels que celui de Empire Avenue. Cela prend de la diversité pour qu’un système évolue, et il faut l’encourager et veiller à sa conservation.

L’étude des populations/variétés permet de:
(1) comprendre le rôle des mécanismes naturels et des pratiques de gestion des acteurs dans l’évolution des populations/variétés conduites en gestion dynamique;
(2) identifier des pratiques de gestion et des conditions de culture qui permettent la conservation de la diversité et le maintien du potentiel évolutif dans un réseau d’échanges.

J’entrevois quatre axes de recherche:
1. Comprendre les mécanismes évolutifs à l’origine de la différenciation des populations;
2. Étudier un système de gestion et analyser le lien entre les pratiques de gestion et la diversité;
3. Co-construire avec les utilisateurs des programmes de diversification des populations;
4. Étudier l’impact et mesurer la diversité.

Duleepa Wijayawardhana

La semaine dernière, Duleepa Wijayawardhana, CEO de Empire Avenue, était conférencier au colloque Beyond 2010 Edmonton. Il a indiqué que Empire Avenue connaissait beaucoup plus de succès auprès des utilisateurs que ce qui a été fixé dans les prévisions des concepteurs. Environ le tiers des projets prévus ont été complétés jusqu’à présent, a expliqué «Dups» (avec un nom aussi compliqué, tout le monde se replie sur son surnom).

Je ne souhaite aucunement critiquer le travail admirable des gestionnaires de Empire Avenue. Tout le monde fait de son mieux, j’en suis convaincue. Cependant, je pense qu’il est important de prendre une pause de réflexion et d’essayer d’analyser ce qui s’est passé cette semaine. Plusieurs super-utilisateurs de Empire Avenue ont complètement décroché et ont supprimé leur compte d’utilisateur. Ce fut le cas notamment pour Javier Lopez Agudelo (e)JAVI1, Darcy Kieran (e)SCUBA et @Dragon_flaming:}~ (e)SLEEP. Nous avons assisté à une sorte de suicide collectif. Et ceci n’est pas une protestation anodine, car (e)SLEEP occupait la première position mondiale (Top People Shares). Ces trois personnes occupaient également des fonctions d'administrateurs d'une communauté (The Dragon's Cave).

Lorsque le principal utilisateur décroche, cela envoie un message négatif et risque d’entacher la réputation du système.

Cela me déçoit beaucoup que ces deuils coïncident avec une dynamique particulièrement positive qui s'est développée par le biais de l'événement Beyond2010 à Edmonton. Le directeur IT de la Ville de Edmonton, Jordan Hodges@jordanshodges (e)JORDNH s'est penché sur le phénomène des connexions dans son blogue Alifeintheday: Connections (#Beyond2010, #EAv, #tweetups).

Cet élément de son billet a attiré mon attention: "After the tweetup as we were saying our goodbyes Pam Broviak (@pbroviak made an insightful comment. She said that when we have social media connections with people and we have to say goodbye, it isn't ever really goodbye since we already have an ongoing relationship. This was the first time in my life that a goodbye wasnt such a permanent thing." Ceci démontre l'épaisseur (la profondeur) des liens/relations qui se créent grâce à Empire Avenue. Nous nous sentons si près des gens que nous y côtoyons qu'ils occupent en permanence une place dans notre esprit. Lorsque nous les rencontrons en personnes, nous nous sentons bien en leur présence, et nous savons qu'ils seront encore présents à nos côtés le lendemain et tous les surlendemains.

Il est survenu de très nombreuses rencontres en personne à Edmonton la semaine dernière. Les gens ne se sont pas contentés de se serrer la main. Ils ont fait des activités ensemble. Le groupe The Cabal s'est réuni (photo de (e)ADRIEL). Il y a eu une visite dans un parc Jurassique (voir aussi cette photo du chapeau de (e)RANGER et que dire de (e)ADRIEL en train d'éclore dans un oeuf!), un déjeuner chez Cora, une visite d'édifices gouvernementaux (voir aussi cette incroyable photo de (e)ALLIE d'une réflexion dans un miroir), une soirée tweet-up (voir également cette photo de (e)ALLIE et (e)RANGER), et j'en passe. Moi aussi j'ai eu le bonheur d'apprécier les rencontres que j'ai eues, notamment avec Adriel Hampton et Jordan Hodges. Tous ces moments privilégiés, agréables, en bonne compagnie, cela forge des souvenirs inoubliables et contribue à la consolidation de relations durables et solides. Et tout cela est arrivé notamment grâce à Empire Avenue.

Il y a quelques semaines, j’ai demandé un «prêt bancaire» à Dups à titre de 'first follower' de (e)SLEEP et administratrice de la Cave. Cette communauté compte plus de 210 membres, et pour leur parler - pour arriver à gérer avec efficacité des communications de masse - je suis obligée d'acheter (à titre personnel) de leurs actions. La semaine dernière, j'ai rencontré Dups en personne à Edmonton (à Beyond2010), et je lui ai formulé par la suite une demande par écrit de développement d’outils, qui favoriserait l'épanouissement des communautés dans Empire Avenue.

La section «Rewards» commence tranquillement à se garnir dans Empire Avenue.

J’ignore en quoi consiste le plan d’affaires de Empire Avenue, mais je vous avoue que je brûle d’envie de le lire et de l’éplucher de A à Z. Cela me ferait de la bonne lecture de chevet! Y a-t-il quelque chose de prévu dans ce plan-là qui viendrait appuyer l’évolution de la diversité des utilisateurs et des communautés, et aiderait à la maintenir? Et si oui, à quel moment cela arrivera-t-il? Serait-il possible de se pencher sur ces éléments dès aujourd’hui?

À la demande de (e)SLEEP, je reprends le flambeau de la communauté qu’elle a créée: The Dragon’s Cave. L’équipe d’administrateurs a décidé de changer de nom. Nous nous appelons désormais The Phoenix’s Nest. Nous occupons la seconde place en termes de popularité parmi l’ensemble des communautés de Empire Avenue.

Cela ne m’intéresse pas de partager éventuellement le même sort que la dragonne: je n’ai nulle envie de supprimer mon identité sur Empire Avenue. Je n’ai pas envie non plus de me brûler et de ployer sous le poids de la tâche. Adriel Hampton (e)ADRIEL m'a confié ceci: "The level of effort she was exerting was unsustainable. I know from experience."

Je considère que le départ massif des super-utilisateurs survenu cette semaine est un véritable gâchis, une déplorable perte de talents et d’énergie. Ces utilisateurs sont de vraies personnes: ces êtres humains ont contribué à l’enrichissement des maillons de réseautage tissés via Empire Avenue. De nombreux utilisateurs de Empire Avenue ont ressenti un sentiment de vide après leur départ. J’ai passé une journée à répondre à une centaine de demandes d’information à leur sujet, sur toutes les plates-formes de médias sociaux, en privé et en public. Ces super-utilisateurs perdus sont des personnes uniques et merveilleuses. Ces personnes ne peuvent être remplacées dans la toile du réseautage de Empire Avenue.

Y aurait-il moyen de faire une place, dans les plans de développement à court terme de Empire Avenue, pour des outils d’entraide qui auraient pour but de prêter main forte aux super-utilisateurs à la tête des communautés? Comment faire pour épauler les super-utilisateurs et favoriser l'épanouissement des liens de réseautage? Qu'est-ce qui pourrait être entrepris dès maintenant, à moyen et à long terme?

Men and Women Calendars 2011 (The Phoenix’s Nest)

Two weeks ago, Darcy Kieran came up with the idea to create a calendar project, featuring members of The Dragon's Cave on Empire Avenue.

These calendars will feature the #hottest best people of the community. By #hot, we don’t necessarily mean sexy. "Awesome is the new sexy", said Gina Montana (e) 21GUNS. This community is composed of many people, more active one than other in social media, and they happen to be stars in their respective professional fields.

Being recognized is to feel acknowledged by offering gratitude to others, through simple gestures. Others feel important, important to us. Recognition is very important at The Phoenix's Nest.

The calendars will be sold for real money, not virtual eaves. Funds raised will be donated to a charity organization.

Meanwhile, Kieran Darcy and the Dragon pulled themselves out of Empire Avenue.

Yesterday Dragon_flaming asked me to take over leadership of the community on Empire Avenue. The administrative team of this community of 220 members was consulted, and we decided to change the name of the group.


The Phoenix’s Nest
Now we call ourselves The Phoenix's Nest.

A phoenix is a mythical bird that is a fire spirit with a colorful plumage and a tail of gold and scarlet (or purple, blue, and green according to some legends). It has a 500 to 1000 year life-cycle, near the end of which it builds itself a nest of twigs that then ignites; both nest and bird burn fiercely and are reduced to ashes, from which a new, young phoenix or phoenix egg arises, reborn anew to live again. The new phoenix is destined to live as long as its old self.

The phoenix is considered a "bearer of light."

So we turned into a fabulous bird, endowed with longevity. We are reborn from the Dragon’s ashes of fire, and we are determined to exist forever.

Wish list
I originally asked several people to dream a little and to come up with a wish list of people who should be in the calendar, 12 men and 12 women.

These last two weeks, suggestions from the community accumulated themselves in the discussion thread for that purpose. 55 messages have been posted. Thirty men have been proposed, as well as a dozen women.

Today, invitations to participate in this project have been forwarded on Twitter to 17 men and 17 women.

Some details
The date for submission of photographs has been set for November 11, 2010.

The photos of 2 MB maximum must be submitted to the following email address: robichaud.lyne at hotmail.com.

In the upcoming weeks, a fundraising plan and a graphic layout of the calendars will be outlined. These should be announced before the end of November 2010.

Calendriers Hommes et Femmes 2011 (Phoenix's Nest)

Il y a deux semaines, Darcy Kieran a eu l’idée de créer un projet de calendriers mettant en vedette des membres de Dragon’s Cave sur Empire Avenue.

Ces calendriers mettront en vedette les gens les plus #hot de la communauté. Par #hot, il ne s’agit pas nécessairement d’être sexy. «Awesome is the new sexy», comme l’a indiqué Gina Montana (e)21GUNS. La communauté est composée d’une foule de personnes plus actives les unes que les autres dans les médias sociaux, qui s’avèrent être des étoiles dans leurs domaines professionnels respectifs.

Être reconnu, c’est sentir de la reconnaissance et en offrir aux autres, par des gestes simples que nous posons et qui font que l’autre se sent quelqu'un, important pour nous. La valorisation est très importante à The Phoenix's Nest.

Les calendriers seront vendus pour du vrai argent, et non pas des eaves virtuels. Les fonds recueillis seront remis à un organisme de charité.

Entre-temps, Darcy Kieran et la Dragonne se sont retirés de Empire Avenue.

Hier, Dragon_flaming m’a demandé de reprendre le flambeau de la communauté sur Empire Avenue. L’équipe d’administrateurs de cette communauté de 220 membres a été consultée d’urgence, et nous avons décidé de changer de nom.


The Phoenix’s Nest
Désormais, nous nous appelons The PhoenIx’s Nest.

Le phénix est un oiseau mythique dont la légende dit qu'il peut renaître de ses cendres. Il symbolise les cycles de mort et de résurrection. N’ayant pu se reproduire, le phénix, quand il sentait sa fin venir, construisait un nid de branches aromatiques et d’encens, y mettait le feu et se consumait dans les flammes. Des cendres de ce bûcher surgissait un nouveau phénix.

Le phénix est considéré comme un «porteur de lumière».

Nous nous sommes transformés en oiseau fabuleux, doué de longévité. Nous renaissons des cendres de feu de la dragonne éteinte, et nous sommes déterminés à exister pour toujours.

Wish list
J’ai initialement demandé à plusieurs personnes de rêver un peu et de dresser une liste idéale – wish list - des gens qui devraient figurer dans les calendriers, soit 12 hommes et 12 femmes.

Ces deux dernières semaines, les suggestions de la communauté se sont accumulées dans le fil de discussion destiné à cette fin. Il y a eu 55 messages à ce sujet. Une trentaine d’hommes ont été proposés, ainsi qu’une dizaine de femmes.

Aujourd’hui, des invitations à participer à ce projet ont été transmises sur Twitter à 17 hommes et 17 femmes.

Quelques détails
La date de soumission des photographies a été fixée au 11 novembre 2010.

Les photos de 2 Mo maximum doivent être transmises à l’adresse suivante: robichaud.lyne at hotmail.com.

Au cours des prochaines semaines seront ébauchés un plan de campagne de financement ainsi qu’une maquette graphique des deux calendriers. Ces éléments devraient être dévoilés avant la fin du mois de novembre 2010.

27 octobre 2010

Post-Beyond2010 : Promote and develop G4

The Conference Beyond 2010 held in Edmonton last week opens many windows of possibilities. The name of the event is 'beyond'. We should ensure ourselves that something is happening beyond this conference and meetings. (See my post about this event: French, English)

On several occasions during Beyond 2010, Chris Moore, CIO of Edmonton, mentioned the existence of an alliance, or coalition, of open cities – the G4. If you search on Google with keywords 'G4 Canada', you come across a television network dedicated to the world of interactive entertainment, rechargeable batteries, the Canadian Payments Association, and just about anything, EXCEPT information on open cities.

If you visit each city's websites of this G4 coalition, you will not find any mention of 'open city' on home pages.

There are over 5,000 municipalities in Canada. A small number of municipalities embraces one of the most important trends in public management - Government 2.0. These oases of open governance are talking to each other, they cooperate and they help each other. BUT ALMOST NO ONE IS AWARE OF THIS!

I think it's so extraordinary that it deserves to be shouted from rooftops. Can you imagine the importance of these pioneering cities? They represent the future. They show that it is possible to trust and respect citizens. They open a new window of democracy.

Information about G4, I would like to see it posted everywhere. It would be nice to have a nice big interactive button on home pages of each city, proudly stating 'Member of the Alliance of Open Cities', where one could find profiles of cities, a list of current and upcoming projects, etc.

I would like to see colorful banners hanging from lampposts in these municipalities, proclaiming loudly 'open city government 2.0'.

I would like these incredible initiatives to be highly visible in real life (not only in the virtual world).

I would like the symbol of an alliance of open cities to become a symbol of pride, solidarity and quality across the country. The mere sight of this symbol would encourage other municipalities to join the government 2.0 movement.

I would like awards to be presented annually to the best open municipalities, and citizens to be publicly recognized for their civic participation. People would proudly wear their long gowns and evening wear to celebrate collaboration between citizens and municipal government.

I would like to see traveling exhibits across Canada (in malls, libraries, public places and community spaces), and panels describing the initiatives of the first open cities. Information about history of the alliance of open cities, and explanations about government 2.0.

G4 info does not really seem to exist yet. There is information about open city projects here and there. But a comprehensive portfolio on G4, it remains to be created.

A coalition in good and due form, it seems that this also remains to be defined.

A G4 spokesperson? I do not think a spokesperson has been named yet.

Chris Moore

A preliminary analysis of content available on the Web about Shari Wallace, Chris Moore, Dave Wallace, Guy Michaud (government 2.0 managers in Vancouver, Edmonton, Toronto and Ottaw), reveals that the most complete and comprehensive information is about Chris Moore. We can even find information about Chris Moore as being an iconoclast. I was pleased to discover this: "Chris Moore is not your typical CIO - he has no desk in his office, he avoids PowerPoint as much as possible, and he’s always a step ahead of everybody."

Here’s an excellent presentation by Chris Moore about open data (video).

This is the type of information we should hear about these courageous people who have undertaken to implement a Government 2.0 in municipal government. These people think and do things differently. It is possible to do so, in a country like Canada. It is even being done. Some people manage to successfully implement governance 2.0. If we value and encourage these people, they will become role models of excellence, and they will inspire others to do likewise.

From now on, I would like the alliance of open cities, apparently known as the G4 (possibly G5, because the City of Montreal has apparently stepped in recently), to be so well promoted, it would shine and become visible from space.

Time has come to broaden the horizon of these pioneering cities, and to communicate and encourage a national dialogue with other Canadian municipalities, provinces and the federal government.

26 octobre 2010

Post-Beyond2010: Promouvoir et développer le G4

Le colloque Beyond 2010 s'étant déroulé à Edmonton la semaine dernière ouvre de nombreuses fenêtres de possibles. Après tout, le nom de l'événement étant 'au-delà', il faudrait s'assurer qu'il se passe quelque chose au-delà de ces conférences et rencontres... (consultez ici mon billet à propos de l'événement: français, anglais)

À plusieurs reprises pendant Beyond 2010, le CIO de Edmonton, Chris Moore, a mentionné l'existence d'une sorte d'alliance ou coalition de villes ouvertes, le G4. Si vous cherchez sur Google avec les mots clé 'G4 Canada', vous tomberez sur un réseau de télévision dédié au monde du divertissement interactif, des piles rechargeables, l'Association canadienne des paiements, et à peu près n'importe quoi, SAUF de l'information sur des villes ouvertes.

Si vous visitez chacun des sites Internet des villes de cette sorte de coalition G4, vous ne trouverez aucune mention de 'ville ouverte' en page d'accueil.

Il existe plus de 5000 municipalités au Canada, un pays plongé dans la noirceur, sous le joug d'une culture du silence. Et voilà qu'un infime nombre de municipalités embrasse l'une des plus importantes tendances de gestion publique - le gouvernement 2.0. Ces oasis de gouvernance ouverte se parlent entre elles, collaborent et s'entraident. MAIS PERSONNE N'EST AU COURANT! Cela n'est écrit à peu près nulle part.

Il me semble que c'est tellement extraordinaire que cela mériterait d'être crié sur les toits. Vous rendez-vous compte de l'importance de ces villes pionnières? Elles représentent la voie de l'avenir, elles démontrent qu'il est possible de faire confiance et de respecter les citoyens. Elles ouvrent une nouvelle fenêtre de démocratie.

De l'information sur le G4, j'aimerais en voir partout. Je voudrais voir un beau gros bouton interactif dans la page d'accueil de chacune des villes indiquant fièrement 'Membre de l'alliance des villes ouvertes', dans lequel on pourrait trouver le profil de chacune des villes ouvertes, avec la liste des projets, leurs bons coups, leurs enjeux de développement, etc.

J'aimerais voir des bannières multicolores pendre au bout des lampadaires de ces municipalités, proclamant haut et fort 'Ville ouverte gouvernement 2.0'.

Je voudrais que ces incroyables initiatives soient très visibles dans le réel.

Je voudrais que le sigle d'une alliance de villes ouvertes devienne un symbole de fierté, de solidarité et de qualité à travers le pays, et que la seule vue de ce magnifique sigle incite d'autres municipalités à se joindre au mouvement de gouvernement 2.0.

J'aimerais que des prix d'excellence soient décernés annuellement aux meilleures municipalités ouvertes, et que des citoyens puissent être reconnus publiquement pour leur participation citoyenne. Que des gens enfilent fièrement leurs robes longues et tenues de soirée pour célébrer la collaboration entre les citoyens et l'administration municipale.

J'aimerais que des expositions itinérantes soient mises sur pied, à la grandeur du Canada (dans les centres commerciaux, les bibliothèques, lieux publics et espaces communautaires), et que des panneaux explicatifs fassent connaître les initiatives des premières villes ouvertes. Qu'on y parle de l'historique de l'alliance des villes ouvertes, qu'on y explique en quoi consiste le gouvernement 2.0 et la cyberdémocratie.

De l'info sur le G4, ne la cherchez pas. Elle ne semble pas vraiment exister pour le moment. Il y a de l'information sur des projets ouverts ici et là. Un dossier compréhensif sur le G4, il reste à le créer.

Une coalition en bonne et dues formes, il semblerait que cela reste à définir également.

Un porte-parle du G4? Cela non plus, je ne crois pas que cet élément ait été défini.

Chris Moore

Une analyse préliminaire du contenu disponible sur Internet à propos de Shari Wallace, Chris Moore, Dave Wallace, Guy Michaud (les gestionnaires du dossier gouvernement 2.0 à Vancouver, Edmonton, Toronto et Ottwa), révèle que le meilleur contenu compréhensif et complet concerne Chris Moore. Il existe même de l'information démontrant que Chris Moore est un iconoclaste (cela m'a beaucoup plu): 'Chris Moore n'est pas votre typique CIO - il n'a pas de bureau de travail dans son bureau, il évite autant que possible PowerPoint, et il est toujours une longueur d'avance sur tout le monde.'

Par ailleurs, voici une excellente présentation de Chris Moore à propos des données ouvertes (vidéo).

Voilà ce que nous devrions entendre à propos de ces gens courageux qui ont entrepris d'implantation d'un gouvernement 2.0 dans l'administration municipale. Qu'il s'agit de gens qui pensent et font les choses différemment. Que cela est possible dans un pays comme le Canada. Que cela est même en train de se faire. Quelques-uns arrivent à implanter avec succès une gouvernance 2.0, et si nous mettons ces gens en valeur, ils deviendront des modèles d'excellence, et ils inspireront d'autres personnes à faire de même.

À partir de maintenant, j'aimerais que l'alliance de villes ouvertes apparemment connue sous le nom de G4 (et possiblement G5 puisqu'apparemment la Ville de Montréal s'y serait jointe dernièrement), j'aimerais que cette chose-là soit si bien annoncée, qu'elle brille et qu'elle soit visible de l'espace.

Le temps est venu d'élargir l'horizon de ces villes pionnières, et de communiquer et d'encourager un dialogue national avec les autres municipalités canadiennes, les provinces et le gouvernement fédéral.

24 octobre 2010

Beyond a Conference: Beyond 2010


Beyond 2010 was held in Edmonton on October 20-21, 2010. The organization was impeccable. The selected speakers were of high quality, and many attendees came to the rendez-vous.

Unfortunately, delegates of other Canadian government levels (both provincial and federal) were strikinly conspicuous absent. Which is too bad for an event of this scale and of such quality.

Alone in the world, the City of Edmonton? Not quite. A fine strategist, Chris Moore, City of Edmonton CEO, had planned the coup. But with the current Canadian political situation, it was rather predictable. He matched his municipality with Birmingham, in United Kingdom. These two cities joined their forces to present the same event simultaneously.

Chris Moore also promoted a coalition of Canadian municipalities, grouped under the banner of Government 2.0. The cities of Vancouver, Ottawa, Toronto and Edmonton are forming the 'G4' (I think C4 would be more appropriate, 'C' for 'City'). It was the perfect opportunity to announce a fifth player, the City of Montreal. Let's be realistic, Montreal is far from being an open governement, but it is nonetheless displaying leadership and political will to make the transition. Moreover, I noted that Mr. Moore expressed himself several times in French before the attendees of Beyond 2010, which I found was absolutely remarkable and respectul.

We were fortunate to hear a bunch of speakers who tried to open minds and remove limitations of thought, so that the future of Governement 2.0 could be contemplated. This was brilliantly done by Jack Uldrich, Dick Axelrod and Peter Hinssen.

Other speakers' mission was to describe the present.

Some speakers painted a portrait of social media. Carolina Millan talked about Facebook and Twitter. Duleep Wuayawardhana spoke about the fantastic new Empire Avenue networking experience.

Other speakers talked about best practices. Chris Vein made us all dream, describing San Francisco, which truly seems to be a social media and Government 2.0 paradise. Kevin Curry talked about 'citycamps' and the importance of initiating collaboration with citizens. Phil Ashlock talked about the development of open standards and best practices of open governement. Dr. Mark Drapeau was certainly the best choice of speaker for presenting what is the essence of Governement 2.0.

Once the minds were wide open, and the present had been well described, the most difficult task --- talking about the future of Government 2.0 --- was entrusted to the speaker Adriel Hampton. He courageously embarked on a lecture about science fiction, digital society and the future of governance. He was the only speaker to mention that technological advancement and Government 2.0 accounted for possible solutions to global challenges, such as the food crisis.

The time allocated to exploring the future of government 2.0 seemed insufficient. I wish we had another day of reflections to examine possibilities and to travel into the future.

We heard much about technology at this conference. It is obvious that the future will bring even more technology. But what effect will advanced technology have on human thought? And if human thought evolves, and ever gets transfigured or transformed, what effect will this have on governance?

I would like to hear great sociologists and philosophers such as Pascal Bruckner talk about Government 2.0 development around the world. I would appreciate to know about the vision of imminent psychiatrists, such as Dr. Marie-France Hirigoyen, and the rise of loneliness, the positive effect this might have on citizens' empowerment. Why not also consider the views of spiritual thinkers such as Dr. Deepak Chopra about the development of collective consciousness, and the Dalai Lama, who signed the book 'The Route of the leaders', about mental processes involved in decision making and confidence.

Adriel Hampton (Gov2.0 advocate), Lyne Robichaud (Gov2.0 advocate) and Jordan Hodges (IT Manager, City of Edmonton)

Beyond 2010 was not a conference like many others, because it benefited from already existing plentiful networks developed through Empire Avenue. Strong friendships had already begun to exist (partly throught The Dragon's Cave community). These links had an effect on stream of conversations. An analysis of tweets related to Beyond 2010 revealed that 'AdrielHampton' was the third most used keyword, after the location ('yeg') and the name ('Beyond2010yegrt') of the conference. An impact analysis of tweets also confirms the ascendancy of Adriel Hampton, as he reached the top impact position. And the most unexpected result was that I found myself in third top impact position (as I am neither a Beyond 2010 speaker nor an employee of the City of Edmonton, and I mostly tweeted in French).

If I were a decisionmaker, of course, I would be concerned about the well-being and positioning of my own administration. However, given the limited existing Government 2.0 in Canada, I would also wonder about my role as a pioneer. A particular dynamic was born in Edmonton, a crossover between the energy of networking throughout Empire Avenue, and the maturing of several Governement 2.0 advocates. I hope that decision makers will be aware of this special situation, and that they will pursue their analysis and actions by building on existing strenghts' good will and hopes.

Au-delà d’un colloque: Beyond2010


Beyond2010 s’est déroulé à Edmonton les 20 et 21 octobre dernier. L’organisation fut impeccable. Les conférenciers sélectionnés étaient de grande qualité et les participants sont venus nombreux au rendez-vous.

Par contre, les délégations de représentants de paliers gouvernementaux (provincial et fédéral) brillaient par leur absence. Ce qui est fort dommage pour un événement de cette envergure et de cette qualité.

Seule au monde, la ville de Edmonton? Pas tout à fait. Fin stratège, Chris Moore, le directeur général (CEO) de la Ville, avait prévu le coup (vu la situation politique canadienne, c’était plutôt prévisible). Il a jumelé sa municipalité avec Birmingham, du Royaume-Uni. Ces deux villes ont uni leurs efforts pour présenter simultanément le même événement.

Chris Moore a également fait la promotion d’une coalition de municipalités canadiennes regroupées sous la bannière du gouvernement 2.0. Les villes de Vancouver, Ottawa, Toronto et Edmonton forment le «G4» (je trouve que C4 serait plus approprié – C pour ‘City’). Il a profité de l’occasion pour annoncer un cinquième joueur, la Ville de Montréal. Entendons-nous, Montréal est loin d’être une administration ouverte, mais il est néanmoins réjouissant d’apprendre que la volonté politique semble être présente pour prendre le virage gouvernement 2.0. Par ailleurs, je souligne le fait que M. Moore s’est exprimé de nombreuses fois en français devant le public de Beyond 2010, ce que j’ai trouvé absolument remarquable, et respectueux.

Nous avons eu le bonheur d’entendre une brochette de conférenciers qui se sont efforcés d’ouvrir les esprits, et d’abattre les limitations de la pensée, afin que l’avenir du gouvernement 2.0 puisse être contemplé. C’est ce qu’ont fait avec brio Jack Uldrich, Dick Axelrod et Peter Hinssen.

D’autres conférenciers avaient pour mission de décrire le présent.

Quelques-uns ont dressé un portrait des médias sociaux. Carolina Millan a parlé de Facebook et de Twitter, alors que Duleepa Wuayawardhana nous faisait découvrir Empire Avenue.

D’autres conférenciers nous ont parlé de pratiques exemplaires. Chris Vein nous a fait rêver en décrivant San Francisco, qui semble véritablement être le paradis des médias sociaux et du gouvernement 2.0. Kevin Curry a parlé des 'citycamps' et de l’importance de susciter la collaboration avec les citoyens. Quant à Phil Ashlock, il a parlé de développement de standards ouverts et des bonnes pratiques de gouvernement ouvert. Le Dr Mark Drapeau était le plus avisé pour présenter en quoi consiste le gouvernement 2.0.

Une fois les esprits ouverts, et le présent ayant été bien décrit, il semblerait que la tâche la plus difficile, celle de parler de l’avenir, ait été confiée au conférencier Adriel Hampton. Il s’est courageusement lancé dans un exposé portant sur la science fiction, la société numérique et l’avenir de la gouvernance. Il est le seul à avoir mentionné que l’avancement technologique et le gouvernement 2.0 représentaient de possibles solutions à des problématiques mondiales, telles que la crise alimentaire.

Le temps alloué à l’avenir du gouvernement 2.0 m’a paru insuffisant. Je suis restée sur ma faim. J’aurais souhaité une autre journée de réflexions pour explorer le futur.

Nous avons beaucoup entendu parler de technologies à ce colloque. Il est évident que l’avenir nous réserve encore plus de technologies. Mais quel effet cela aura-t-il sur la pensée humaine? Et si la pensée humaine se modifiait, quel effet cela aurait-il sur la gouvernance?

J’aimerais entendre parler de grands sociologues et philosophes tels que Pascal Bruckner à propos du développement du gouvernement 2.0 à travers le monde. J’aimerais connaître le point de vue d’imminents psychiatres, telle que la Dr Marie-France Hirigoyen au sujet de la montée de la solitude et de l’effet positif que cela pourrait avoir sur l’empowerment des citoyens. Pourquoi ne pas considérer également le point de vue de penseurs spirituels tels que le Dr Deepak Chopra à propos du développement de la conscience collective, et le Dalai Lama, qui a signé ‘La Route des leaders’, à propos des processus mentaux impliqués dans la prise de décisions et la confiance.

Adriel Hampton (défenseur du Gov2.0), Lyne Robichaud (défenseur du Gov2.0) et Jordan Hodges (Gestionnaire TI, Ville de Edmonton

Beyond 2010 ne fut pas un colloque comme tant d’autres, car il a bénéficié de la dynamique du réseautage foisonnant grâce à Empire Avenue. De solides liens d’amitiés avaient déjà commencé à se développer (grâce entre autres à la communauté The Dragon’s Cave). Ces liens ont eu un effet sur le fleuve des conversations. L’analyse des tweets à propos de Beyond 2010 a révélé que Adriel Hampton a été le troisième mot clé le plus utilisé, après le lieu et le nom de l’événement. Une analyse de l’impact confirme également l'ascendance de Adriel Hampton, qui arrive en première position. Et résultat des plus inattendus, je me retrouve en troisième position d'impact, alors que je ne suis ni conférencière, ni employée de la Ville de Edmonton.

Si j’étais un décideur, bien entendu, je me préoccuperais d’abord du bien-être et du positionnement de ma propre administration. Cependant, étant donné le peu de gouvernement 2.0 existant au Canada, je m’interrogerais également sur mon rôle en tant que pionnier. Une dynamique des plus particulières a vu le jour à Edmonton, un croisement entre l’énergie du réseautage de Empire Avenue, et le mûrissement de plusieurs défenseurs du gouvernement 2.0. J’espère que les décideurs prendront conscience de cette situation spéciale, et qu’ils poursuivront leur analyse et leurs actions en bâtissant sur la bonne volonté et l’espérance des forces existantes du milieu.

16 octobre 2010

Gov2.0: provoquer ou subir le changement

Changer la culture d'un gouvernement est nécessaire à l'implantation du «gouvernement 2.0». Les citoyens devraient être perçus comme des co-créateurs, des collaborateurs. Les décideurs et les administrateurs gouvernementaux devraient être convaincus que les citoyens sont capables de penser par eux-mêmes. @Cogitav m'a demandé aujourd'hui sur Twitter comment je m'y prendrais pour amener les gestionnaires gouvernementaux à adopter cette vision.

D'abord je leur démontrerais où ils se situent, en leur montrant le point précis du temps et de l'espace, la croisée des chemins où ils sont arrivés, soit provoquer ou subir le changement.

Ensuite, j'expliquerais quels seraient les avantages de provoquer un changement (gouvernement 2.0) VS de subir un changement (gouvernements traditionnels, ancien modèle de leadership monolitique).

Je rappellerais enfin l'importance du leadership.

La première vague de cybergouvernement a offert d’importants avantages aux citoyens, qui peuvent maintenant effectuer des dizaines de millions de transactions en ligne. Malgré la surabondance de nouveaux services, les gouvernements en soi n’ont pas changé. Comme les pressions qu’ils subissent pour en faire plus avec moins s’intensifient, le moment est venu pour eux d’entrer dans l’ère du «gouvernement 2.0».

Les gouvernements traditionnels ne peuvent relever seuls les défis sociétaux d’aujourd’hui.

Le Gouvernement 2.0 est la solution.

Pourquoi cette stratégie est-elle si importante? C'est la seule qui permet aux gouvernements d’aujourd’hui de transcender les champs de compétence pour accéder à des connaissances essentielles.

Le développement d’une culture favorable au «gouvernement 2.0» exige de faire preuve de leadership et de prendre des risques afin de surmonter des obstacles culturels, procéduraux, technologiques et stratégiques.

L’époque où les gouvernements de tous les paliers fonctionnaient essentiellement en vase clos est révolue.

Les gouvernements de demain ne peuvent pas produire les résultats attendus par la société s’ils refusent de rompre avec l’ancien modèle de leadership monolithique.

Un gouvernement 2.0 permet de réaliser de nombreux avantages:
1) améliorer les résultats des politiques;
2) utiliser plus efficacement l’information gouvernementale;
3) rationaliser les opérations internes;
4) attirer les meilleurs éléments.

La collaboration gouvernementale en ligne est réceptive. Elle part du principe que l’ouverture et la transparence en matière d’information allégeront le fardeau administratif en rationalisant l’exécution des processus.

La collaboration gouvernementale en ligne cible la génération Internet. En adoptant les modes d’interaction des jeunes, elle rend les gouvernements plus accessibles et plus pertinents pour eux.

Le Gouvernement 2.0 constitue un objectif incontournable, souhaitable et nécessaire pour les leaders de demain. C’est maintenant qu’il faut commencer à jeter les bases.

Comme me l'a indiqué dernièrement Adriel Hampton, «le futur est maintenant». (Jiddu Krishnamurti)

15 octobre 2010

Tout va changer: Beyond 2010 Edmonton

À quelques jours du grand rassemblement Beyond 2010, organisé par la ville de Edmonton, en Alberta, je fredonne, pleine d’espoir, «Tout va changer», une chanson de Michel Fugain que j’écoutais quand j’étais petite.

Tout va changer ce soir
On prend un nouveau départ
La neige a blanchi le monde
Les enfants sont pleins d'espoir
Tout va changer demain
Tu n'as qu'à ouvrir les mains
Pour que de là-haut te tombent
En rafales une pluie de cadeaux
Sous un torrent d'étoiles
Demain il fera beau.

J’ose espérer que le foisonnement des idées, combiné avec la multiplication des rencontres et l’enthousiasme partagé par chacun des participants, créeront un environnement propice au développement du gouvernement 2.0 au Canada, ainsi qu’ailleurs dans le monde.

De grands esprits provenant de plusieurs continents, ayant défendu et mis de l’avant le Gouvernement 2.0, se retrouveront pour discuter et rêver de l’avenir. La Ville de Edmonton a réuni une impressionnante brochette de conférenciers dont, entre autres, le Dr Mark Drapeau − il a inventé le terme «goverati» si ma mémoire est bonne −, Carolina Millan (du Chili), Peter Hinssen (de Belgique), et Adriel Hampton (de San Francisco, États-Unis).

J’ai l’impression que quelque chose d’important pourrait se produire lors de cet événement, car plusieurs des conférenciers s’aventureront hors de leur zone de confort pour explorer des sentiers non battus.

C'est un nouveau Adriel Hampton que nous découvrirons à Beyond 2010. Il parlera de science fiction, société numérique et d'avenir de la gouvernance. Ce leader du gouvernement 2.0, déterminé à construire harmonieusement l'avenir, tentera de mobiliser les chefs d’entreprises de même que les leaders gouvernementaux, en misant sur l’imagination et la créativité comme tremplins pour solutionner des problématiques mondiales.

Ne perdons pas de vue que Beyond 2010 se déroule au Canada, un pays où l’on compte présentement sur les doigts de la main les oasis de gouvernement 2.0 (implantées uniquement au niveau municipal pour le moment).

Un «nouvel obscurantisme» sévit au Canada (de même que dans plusieurs autres pays): une tentation du secret issue de terreaux sur lesquels les appareils gouvernementaux cultivent la noirceur. Aujourd’hui, chercher à comprendre le monde est devenu une activité à risque. En effet, on risque fort de se heurter à des palissades gouvernementales infranchissables. Croyez-moi, j’y ai goûté. Le gouvernement ne fait pas confiance aux gens. Au cours des dernières années où j’ai piloté des relations gouvernementales, j’ai constaté que le gouvernement pense que chaque information va lui nuire et que les citoyens ne sont pas assez intelligents pour faire la part des choses. «On a tenu ça mort», des informations concernant les cas de grippe n'étaient pas divulguées, pouvait-on lire à propos de la censure d'information de la part du gouvernement du Québec, plus d'un an après l’avènement de la seconde vague de pandémie de A(H1N1).

J’ai cessé depuis longtemps de découper et de collectionner les articles de presse - cela était beaucoup trop démoralisant - indiquant que le chef du pays «menace la démocratie en voulant contrôler toute information en provenance des différents ministères de son gouvernement.» Quand on s’attaque à la libre circulation des idées, c’est le projet démocratique que l’on met finalement en péril. La démocratie, c’est un processus, pas un état stationnaire. Pour continuer à avancer, il faut davantage de transparence, des données et des débats ouverts.

Ce contexte est bel et bien réel au Canada. Et il constitue un énorme obstacle à l’épanouissement du gouvernement 2.0 au pays. À Beyond 2010, je m’attends à ce que notre hôtesse, la Ville de Edmonton, non seulement profite de l’occasion pour réitérer son ouverture et sa transparence, mais qu’elle se positionne également en collaboratrice et partenaire des goverati et experts du gouvernement 2.0 qui seront présents. Des villes telles que Edmonton, Toronto, Mississauga, Vancouver, Nanaimo, Ottawa, et Calgary, ayant entrepris un virage de gouvernement 2.0, ont un important rôle à jouer dans l’implantation d’une «cybergouvernance» aux paliers canadiens (fédéral et provincial). Le leadership vient d’en haut. «Leadership comes from the top». Je me réjouis que plusieurs municipalités canadiennes aient adopté une gouvernance 2.0. Toutefois, la gestion du Canada s’en porterait mieux si cette vision venait d’abord des plus hautes instances du pays. Je souhaite entendre parler de gouvernement 2.0 de la bouche des leaders gouvernementaux fédéraux et provinciaux.

«Le changement survient de l’apprentissage de nouvelles façons de faire de vieilles choses et d’en créer de nouvelles. La puissance des fleuves conversationnels au sujet de n'importe quoi et de tout accélère le changement.» (Jay Deragon, A Relationship Economy) Je compte sur la Ville de Edmonton pour faire jaillir l'énergie des «fleuves conversationnels».

Tout va changer, espérons-le.
(Je participerai à Beyond 2010, le 20 et 21 octobre 2010.)

08 octobre 2010

Welcome to The Phoenix's Nest

WELCOME TO THE PHOENIX'S NEST

The sweet smell of love is in the air…
· We are friends and like each other
· We appreciate and love each other
· We support and respect each other
· Together: we’re amazing

Our Admin's are always ready to help you out:
Lyne Robichaud (e)PAPIER
Sanket Farande (e)PSYFY
Jitesh Panchal (e)UNS33N
Reign @reigny (e)REIGN
Doug Walters (e)DARING
Steve Jaeschke (e)DRAGON

Dont be shy!! Mess around a bit, we are supposed to be FUN!!

Do's :
· Meet New Members
· Try to invest & retain a friendly relationship
· Take part in Community Activities (the more you do the more chances of you being FAMOUS are in the bag)
· Spread the love about the 'Phoenix's Nest'.


BIENVENUE AU 'PHOENIX'S NEST' (nid du phénix)

Love is everywhere… L’amour est partout.
• Nous sommes des amis.
• Nous nous apprécions, nous nous aimons.
• Nous nous soutenons.
• Ensemble, nous sommes incroyables.

Notre équipe d'administrateurs est toujours prête à vous aider:
Lyne Robichaud (e)PAPIER
Sanket Farande (e)PSYFY
Jitesh Panchal (e)UNS33N
Reign @reigny (e)REIGN
Doug Walters (e)DARING
Steve Jaeschke (e)DRAGON

Ne soyez pas timides! Mélangez-vous un peu, nous sommes ici pour avoir du FUN!

À faire:
• Rencontrez les membres;
• Efforcez-vous d'investir et de conserver une relation amicale;
• Participer à nos activités communautaires (car plus vous vous faites voir, plus vos chances d'être connu augmentent);
• Passez le mot - passez l'amour - à propos de 'Phoenix's Nest'!


BIENVENIDOS A LA 'PHOENIX'S NEST'

El dulce aroma del amor está en el aire...
· Somos amigos y nos comprendemos
· Nos apreciamos y nos queremos
· Nos apoyamos y respetamos mutuamente
· Juntos somos sorprendentes

Nuestro grupo de administradores está siempre listo para ayudarte:
Lyne Robichaud (e)PAPIER
Sanket Farande (e)PSYFY
Jitesh Panchal (e)UNS33N
Reign @reigny (e)REIGN
Doug Walters (e)DARING
Steve Jaeschke (e)DRAGON

No seas tímido! Pasa un rato ameno con nosotros, verás que es divertido!

Qué hacer:
· Conoce a los nuevos miembros
· Trata de invertir y mantener una relación de amistad
· Tome parte en actividades comunitarias (Mientras más lo hagas, más oportunidades tendrás de ser FAMOSO)
· Comparte el amor de la 'Phoenix's Nest'.

Saludos / Merci / Gracias,
El Equipo de Administración

04 octobre 2010

Enjeux d'un governement 2.0

L'entrepôt top secret du gouvernement, d'après le film Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, créé par George Lucas en 2008


Selon des Nations Unies, la bonne gouvernance a huit caractéristiques:
- axée sur le consensus;
- participatif;
- suivant la règle de droit;
- efficace;
- responsable;
- transparent;
- réactif;
- équité et l'inclusion.

Nous pouvons par conséquent déduire que le gouvernement 2.0 s'avère une 'bonne gouvernance'.

La gouvernance a pour but de fournir l'orientation stratégique, de s'assurer que les objectifs sont atteints, que les risques sont gérés comme il le faut et que les ressources sont utilisées dans un esprit responsable. Elle veille en priorité au respect des intérêts des ayants droits (citoyens, pouvoirs publics, partenaires) et à faire en sorte que leurs voix soient entendues dans la conduite des affaires.

L'évolution vers la transparence des données publiques afin de transformer la démocratie représente l'une des plus importantes tendances en matière de gestion publique dans le monde.

Mais encore faut-il savoir comment gérer tous les aspects qu'implique la transparence d'un gouvernement.

Tout dépend de la capacité des gouvernements de passer d'orateurs à causeurs.

L'ouverture du gouvernement au moyen de la divulgation de données brutes sur les transactions représente une forme d'ouverture fondamentalement nouvelle qui soumettra les gouvernements à une surveillance et à un niveau d'obligation de rendre compte sans précédent, tout en offrant la possibilité d'améliorer les services publics.

Davantage de transparence:
- conduit à un public mieux informé;
- met l'accent sur l'obligation de rendre compte;
- réduit les risques de corruption;
- a pour effet de renforcer les communautés;
- contribue à l'amélioration des marchés.

S'ils désirent que leur démarche d'implantation du gov2.0 soit efficace, les gouvernements doivent être ouverts à la transparence. Les organismes ne doivent pas mettre les données en ligne discrètement. Ils doivent plutôt avertir le public de ce qu'ils font et pourquoi, tout en essayant d'obtenir sa participation et son engagement.

Même si les gouvernements ont toujours besoin de gérer de nombreux services et canaux d'information, ils pourront miser sur les talents et la créativité en dehors de leurs compétences afin de promouvoir une meilleure connaissance, une meilleure compréhension, et de meilleurs résultats.

Les gouvernements n'ont plus besoin d'être les seuls arbitres à décider des données importantes pour les utilisateurs ou de la manière dont elles doivent être présentées. Désormais, les gouvernements peuvent créer d'immenses mémoires de données disponibles, pour un coût relativement peu élevé, et laisser les utilisateurs concevoir des applications novatrices.

Encourager l'innovation en:
- exploitant la créativité des citoyens;
- brisant la structure traditionnelle des gouvernements;
- générant une saine concurrence;
- changeant la culture.

Lorsque les représentants du gouvernement commencent à traiter leurs données comme une ressource publique, les possibilités d'habitation de citoyens développeurs et de collaboration avec ces derniers se multiplient.

Afin d'améliorer l'utilité des données gouvernementales en ligne, les gouvernements doivent développer les compétences analytiques nécessaires au partage du volume croissant de données non structurées disponibles en ligne. Si l'ouverture des données publiques transforme véritablement la manière dont le gouvernement fonctionne, l'analyse des données devra être alors une compétence essentielle de la plupart des organismes.
 
TwitterCounter for @Lyne_Robichaud